COMPOSITION

Souvent, quand je trouve une mélodie ou une série d’accords, j’aime me mettre dans la peau d’un batteur, d’un bassiste, et essayer de composer quelque chose qui leur plairait. Ça m’oriente, ça me permet de faire évoluer la pièce. Je dois dire que pour le piano, je préfère laisser ça à un pro. J’ai toujours dû faire deux gestes, un de la main droite, l’autre de la main gauche, pour produire un son au violon ou à la guitare. On dirait que de jouer avec un seul doigt pour produire un son, ça ne m’entre pas dans la tête! Merci Julian!

Chaque pièce a son histoire. Que ce soit partir d’une idée simple et jouer la même séquence plusieurs fois jusqu’à ce que les morceaux s’emboîtent, comme dans “Sur une roche”, ou composer un thème et l’arranger, comme dans “East Man”. Je trouve stimulant d’essayer de sortir un peu des sentiers battus et de surprendre avec des suites inattendues. Il faut dire cependant que c’est dangereux de tomber dans la maladresse, de faire des “fautes de grammaire” comme dirait un ami. Mais tant pis, c’est un risque à prendre. Et c’est très formateur! Et puis j’improvise beaucoup. Ça m’aide à trouver des thèmes. La pièce “Covehead” est une improvisation d’ailleurs. Aucune retouche. C’est risqué, mais tellement stimulant!